Compte-rendu de la journée « Enseigner les langues anciennes à l’ère digitale » – 7/8

Le 24 mars 2017 s’est tenue à la MESHS de Lille la journée d’études « Enseigner les langues anciennes à l’ère digitale : apprendre par et pour les humanités numériques ? », organisée par Séverine Clément-Tarantino et Charlotte Tournier (pour une présentation de la journée dans son ensemble, voir son annonce sur le carnet de recherche). Nous en donnons dans ce carnet un compte-rendu, dans huit billets qui reviennent sur chacune des huit communications qui ont été présentées.

The Future of the Past : saving the Classics in the Digital Age

par Alice Borgna1

 

Alice Borgna, docteur de l’Università degli Studi del Piemonte Orientale, commence par un constat déplaisant : les Lettres Classiques sont une espèce menacée, en crise, dont l’utilité est radicalement mise en question. C’est là un problème général, et qui a tendance à empirer. En Italie, notamment, le nombre d’étudiants n’a de cesse de s’effondrer : le fameux Liceo Classico est-il en train de mourir ?

C’est dans ce contexte inquiétant que la recherche de la professionnalisation via l’alternance école/travail peut être proposée comme réponse à la question de l’utilité du latin et du grec dans notre monde moderne : pourquoi étudier les langues anciennes si l’on ne peut pas les transformer en opportunités d’emploi ? Les projets et les outils numériques peuvent alors être envisagés comme des moyens de combattre les clichés qui nuisent à l’étude des langues anciennes, si l’on favorise pour les étudiants la possibilité d’enrichir leur CV de toutes les compétences numériques/techniques acquises grâce aux humanités numériques2

C’est dans cette perspective qu’est né en 2010 le projet DigilibLT, Digital library of late antique latin texts. Il ne propose pas seulement une base de données textuelles, mais il constitue une véritable bibliothèque numérique (gratuite qui plus est) : on y trouve non seulement les textes de l’Antiquité tardive (encodés en TEI, et téléchargeables en différents formats : XML-TEI, PDF, .txt, EPUB), mais aussi d’autres matériaux, tels que des bibliographies, des éléments biographiques sur les auteurs, des notices sur les œuvres, des monographies libres de droits, etc. Un moteur de recherche permet d’interroger le contenu de la bibliothèque.

Les apports du projets sont évidemment scientifiques, en ce qu’il favorise l’accès des chercheurs à tout un pan de la littérature latine, mais ils sont aussi pédagogiques.

Le choix a été fait de garder chaque étape du processus (numérisation des textes, vérification des résultats de l’OCR, encodage en XML-TEI, rédaction des notices bibliographiques…) à l’intérieur du groupe de recherche. Le projet repose notamment sur la conviction que le balisage d’un texte, en tant qu’acte d’édition, constitue une étape de travail que les classicistes doivent prendre en charge et ne pas sous-traiter aux informaticiens. Ce qui rend cela possible, c’est précisément cette dimension pédagogique : chaque étudiant, depuis l’étudiant de Licence jusqu’au doctorant, est invité à intervenir à son propre niveau dans la construction de la bibliothèque numérique, ce qui ouvre en particulier des perspectives professionnelles pour les étudiants de doctorat. Pour ce faire, les étudiants bénéficient de sessions de formation à l’encodage des textes, et ils sont invités à participer aux conférences et aux séminaires qui accompagnent le projet.

Le projet se propose même d’impliquer également des lycéens. En effet, il entend contribuer à adapter l’enseignement du latin à une génération souvent plus intéressée par les sciences et la technologie que par l’apprentissage du latin et du grec. Or, par sa dimension numérique, mais aussi par le contenu des textes de l’Antiquité tardive, volontiers techniques et/ou scientifiques, le projet DigilibLT entend rendre ces textes intéressants pour les jeunes esprits, et ainsi initier un cercle vertueux qui favorise l’enseignement du latin et du grec au lycée et à l’université.

  1. Università degli Studi del Piemonte Orientale. []
  2. Voir l’article de Gregory Crane « So you want to become a professor of Greek and Latin ? Think hard about a PhD un Digital Humanities ». []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.