Compte-rendu de la journée « Enseigner les langues anciennes à l’ère digitale » – 6/8

Le 24 mars 2017 s’est tenue à la MESHS de Lille la journée d’études « Enseigner les langues anciennes à l’ère digitale : apprendre par et pour les humanités numériques ? », organisée par Séverine Clément-Tarantino et Charlotte Tournier (pour une présentation de la journée dans son ensemble, voir son annonce sur le carnet de recherche). Nous en donnons dans ce carnet un compte-rendu, dans huit billets qui reviennent sur chacune des huit communications qui ont été présentées.

Expérience d’apprentissage du latin en licence Humanités via le numérique

par Bruno Bureau1 et Aliénor Cartoux2

Bruno Bureau, Professeur de Langue et Littérature Latines à l’Université Lyon 3, et Aliénor Cartoux, doctorante contractuelle à l’Université Lyon 3, présentent leur module d’apprentissage du latin pour grands débutants via le numérique en licence Humanités.

Une réponse à des problèmes bien identifiés

Leur travail s’appuie sur un double constat :

  • en amont : beaucoup d’étudiants arrivent en Licence avec une formation grammaticale insuffisante ; les promotions sont d’un niveau très hétérogène ; il existe une certaine crainte devant ce qui est imaginé comme une formation austère et dépassée
  • en aval : on observe une persistance des difficultés dans la maîtrise de la langue ; le niveau atteint en fin de première année reste souvent modeste ; on se concentre sur les langues anciennes comme langues de version, et non comme langues de communication littéraire.

Principes généraux

Pour répondre à ces problèmes, les principes suivants ont été adoptés :

  • faire travailler dès le début les étudiants sur des textes authentiques non modifiés (éventuellement, il arrive d’en supprimer une ou plusieurs phrase(s) pour le raccourcir), mais très soigneusement choisis
  • accompagner les textes de deux types d’outils, disponibles sur Moodle : des outils de découverte d’une part, et des outils d’appropriation d’autre part
  • concevoir ces outils de manière à permettre une différenciation de l’enseignement
  • amener les étudiants à manipuler des éléments grammaticaux sans qu’ils aient l’impression de faire de la grammaire, pour que, à force de manipuler, ils acquièrent des automatismes.

Les outils mis à disposition des étudiants

Les outils de découverte sont divers :

  • outils de vocabulaire : le vocabulaire est divisé entre vocabulaire transparent et vocabulaire non transparent
  • outils de traduction : la traduction des textes est faite en classe, afin d’aboutir à une traduction juxtalinéaire, qui est ensuite fournie pour que les étudiants puissent la retravailler (par des exercices à trous ou des exercices de rétroversion)
  • outils de syntaxe : des tableaux de structure logique sont fournis
  • outils de morphologie : les étudiants ont à leur disposition des tableaux de morphologie évolutifs, complétés au fur et à mesure des besoins (chaque étudiant peut le faire lui-même, mais il peut aussi en avoir la correction, et déposer son travail sur une zone de dépôt pour vérification par l’enseignant), ainsi que des fiches de grammaire accessibles via des liens hypertextes.

Les outils d’appropriation consistent en des interrogationes et des mutationes, par le biais desquelles les étudiants sont incités à manipuler la langue de façon intensive. Ces exercices sont scénarisés de manière à permettre une différenciation : il existe trois niveaux, tironibus (connaissances de base), eruditis (niveau intermédiaire) ou peritis (maîtrise approfondie). Ils sont réalisés en classe en entraînement, et leurs solutions sont données pour le travail à la maison. Sur Moodle, chaque batterie d’exercices doit être réalisée en moins de vingt minutes : elles se ferment automatiquement une fois ce temps écoulé. Si ce temps n’a pas été suffisant, c’est que quelque chose n’est pas compris et qu’il faut revenir en arrière : l’étudiant se voit présenter une nouvelle explication, qui donne droit à la réouverture de sa session d’exercices. La validation des exercices à 80% permet le passage au niveau supérieur.

L’ensemble vise à favoriser les activités cognitives suivantes :

  • les outils de découverte : reconnaître, mémoriser, analyser, refaire
  • les outils d’appropriation : identifier, reformuler, manipuler, assurer la pratique.

Organisation du travail

Les étudiants bénéficient de trois heures de cours par semaine, durant lesquelles alternent explications et exercices. Durant les cours en présentiel, les étudiants n’ont pas d’ordinateur : les modules d’exercices sur Moodle sont projetés et remplis avec leurs réponses au fur et à mesure du cours. Les activités en classe se concentrent sur l’essentiel, c’est-à-dire la manipulation de la langue. Le cours ne comprend pas forcément de retours sur la grammaire française : les étudiants ont en parallèle un cours de technique d’expression, auquel on les renvoie en cas de lacunes.

Ce temps de présence en cours ne représente que 30% du travail à faire : le reste est à effectuer en autonomie sur la plateforme Moodle. Le passage au numérique oblige par conséquent les étudiants à être acteurs de leur formation, tout en leur offrant un accompagnement. En dehors du cours, les étudiants ont la possibilité, fondamentale, de répéter les mêmes exercices jusqu’à les réussir. Régulièrement, ils doivent essayer de faire les exercices sans les recettes : si cela ne fonctionne pas, ils reviennent en arrière. Moodle permet en outre une évaluation personnalisée : l’enseignant peut s’enquérir de ce qu’a fait chaque étudiant. Il existe de fait une corrélation observable entre l’assiduité dans le travail sur Moodle et les notes obtenues. Mais cela signifie aussi qu’un tel dispositif creuse les écarts entre ceux qui sont autonomes et ceux qui ne le sont pas. Les étudiants tendent d’ailleurs à être facilement perdus simplement par le fait du passage au numérique. Cet outil est donc efficace, mais il nécessite de s’y familiariser, pour les enseignants comme pour les étudiants, et le retour avec l’enseignant demeure indispensable.

Quelle maîtrise de la langue ?

Le choix des textes authentiques provient d’un souci de faire entrer tout de suite les étudiants dans le système de la langue latine « réelle » : il s’agit de lire pour comprendre quelque chose, et non pas seulement pour traduire, d’avoir le plaisir de la maîtrise d’une langue que l’on comprend en la lisant sans avoir à écrire de longues analyses sur le papier – en d’autres termes, de prendre du plaisir à lire les textes latins. Les exercices d’agrégation – version et thème – restent un but, mais ils ne doivent pas être dès la première année de Licence une source de blocage pour les étudiants.

La progression grammaticale est alors fondée sur la pratique des textes, ce qui implique de se concentrer sur les phénomènes les plus récurrents. Le premier semestre est ainsi consacré à l’apprentissage des trois premières déclinaisons, des troisièmes personnes du singulier et du pluriel de tous les temps et tous les modes, de l’ablatif absolu, de la proposition infinitive, de l’interrogative indirecte, de l’adjectif verbal attribut à valeur d’obligation. Mais les étudiants ne voient pas tous ces points de langue à un niveau universitaire : on leur donne des « recettes » (par exemple, la recette qui indique comment fabriquer une proposition infinitive), et on cherche à développer chez eux une conscience de ce qui peut se dire et de ce qui ne peut pas se dire (par exemple par des exercices « Vrai ou faux », ou de reconnaissance parmi plusieurs énoncés de ceux qui sont incorrects).

Au cœur de ce dispositif il y a la volonté que les étudiants perçoivent la langue comme un continuum et non comme un « puzzle », qu’ils accèdent au sens selon le mouvement de la phrase, au fil de la lecture, comme les Romains eux-mêmes entendaient leur langue, et qu’ils perçoivent le sens avant de pouvoir expliquer et justifier. À la fin de la première année, les étudiants comprennent le sens des tournures grammaticales qu’ils ont rencontrées, mais ils ne savent pas forcément expliquer comment ces tournures fonctionnent. Néanmoins, la possibilité est offerte à chacun d’aller chercher les règles et de chercher à comprendre le mécanisme grammatical qui sous-tend telle phrase ou telle proposition, mais ce n’est pas un travail nécessaire : on peut se contenter d’appliquer les recettes. Pour que recette et règle de grammaire puissent être articulées, les deux sont réunies dans une même fiche, et chacun a donc la liberté de passer en premier lieu soit par la recette, soit par la règle. Autrement dit, la grammaire intervient seulement au moment où l’étudiant en a besoin, selon sa manière d’apprendre. C’est ensuite seulement à partir du quatrième semestre qu’est introduite une description systématique de la langue.

Cette forme d’enseignement s’inspire de l’apprentissage des langues vivantes et des formations accélérées en langues, et vise davantage à donner de l’aisance dans la langue qu’à en transmettre une connaissance approfondie : c’est l’aisance qui permet d’acquérir ensuite la connaissance, la réciproque n’étant pas forcément vraie.

Intégration du dispositif dans le cursus de Licence et résultats

C’est un cours qui vise à permettre aux grands débutants de rejoindre de façon harmonieuse les étudiants confirmés au niveau de la troisième année. Il existe parfois des problèmes d’intégration dus à une certaine méfiance de certains, enseignants ou étudiants, vis-à-vis de l’outil informatique. Pour pallier quelque peu le problème, la possibilité est offerte de basculer dès qu’on le veut en niveau confirmé. Les étudiants travaillent alors selon le modèle classique, mais en appliquant les méthodes apprises auparavant : ils se fabriquent leurs propres recettes. Persiste donc un certain problème de cohérence pédagogique à l’échelle du cursus dans son ensemble. Pour le moment, ce dispositif n’est mis en place que pour le premier semestre. Mais l’objectif final est sa mise en place jusqu’à la fin de la deuxième année (semestre 4).

Perspectives

Le projet à terme est d’extérioriser le dispositif de Moodle pour que quiconque puisse s’y exercer, et d’offrir la possibilité à n’importe qui d’entrer le texte d’inscriptions latines présentes sur des monuments de Lyon qui peuvent être intégrées dans les exercices, selon le principe de l’open science et de la co-construction du savoir entre spécialistes et non-spécialistes.

  1. Université Lyon 3. []
  2. Université Lyon 3. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.