Compte-rendu de la journée « Enseigner les langues anciennes à l’ère digitale » – 5/8

Le 24 mars 2017 s’est tenue à la MESHS de Lille la journée d’études « Enseigner les langues anciennes à l’ère digitale : apprendre par et pour les humanités numériques ? », organisée par Séverine Clément-Tarantino et Charlotte Tournier (pour une présentation de la journée dans son ensemble, voir son annonce sur le carnet de recherche). Nous en donnons dans ce carnet un compte-rendu, dans huit billets qui reviennent sur chacune des huit communications qui ont été présentées.

Réflexions sur un début d’expérience : jusqu’à quelle étape de l’apprentissage d’une langue ancienne le numérique peut-il être utile ?

par Séverine Issaeva1

Séverine Issaeva, maître de conférences en Langue et Littérature Latines à l’Université de Lille, présente son projet de site destiné à permettre aux étudiants de travailler à distance sur la langue latine. Son entreprise repose sur un constat : deux heures hebdomadaires de cours pour des grands débutants sont insuffisantes. Mettre en place des dispositifs supplémentaires est alors une nécessité. Or certaines formes d’apprentissage, comme celui des tableaux de morphologie, ne nécessitent pas vraiment d’aide humaine : un ordinateur peut très bien y contribuer grâce à des batteries d’exercices (identifier une forme donnée, identifier tous les cas possibles pour une forme nominale, etc.). Pour permettre ainsi aux étudiants de travailler leur morphologie latine en autonomie et de consolider leurs connaissances, il aurait été possible d’utiliser la plateforme Moodle, dont enseignants et étudiants sont déjà familiers à l’Université de Lille. S. Issaeva y trouve néanmoins trois inconvénients majeurs. Premièrement, il est nécessaire de tout y entrer mot par mot au moment de constituer questionnaires et propositions de réponse. Deuxièmement, Moodle ne sait pas réutiliser les données d’un exercice pour la fabrication d’un autre exercice. Enfin, la plateforme n’accepte pas différentes possibilités de réponse. S’affranchir de Moodle a permis à S. Issaeva de pallier tous ces défauts en écrivant des programmes qui permettent un travail semi-automatique.

Se pose alors la question de l’efficacité pédagogique réelle de ce type d’exercices. La plus-value au niveau de l’apprentissage de la morphologie est en réalité limitée : les étudiants sont encore capables pour la plupart d’apprendre par cœur si un système d’interrogations surprises, par exemple, les force à le faire sérieusement et régulièrement. Pour S. Issaeva, l’utilité de son projet se révèle surtout en ce qui concerne l’apprentissage de la syntaxe. Elle a ainsi imaginé un type d’exercice visant à lutter contre la tendance des étudiants à la lecture « puzzle », c’est-à-dire à la lecture qui décortique la phrase en prenant chacun de ses constituants (faut-il dire de ses mots ?) indépendamment les uns des autres, au lieu de la considérer comme un tout organique porteur de sens. Pour ce faire, il faut verrouiller le déroulement syntaxique de la phrase en allant de gauche à droite ; mais, parce qu’il y a toujours un aspect rétrospectif dans la lecture d’une phrase latine, le système de verrouillage se fait plutôt au niveau de la proposition : la lecture d’une subordonnée se verrouille lorsque la suivante commence.

  1. Université de Lille SHS. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.