Compte-rendu de la journée « Enseigner les langues anciennes à l’ère digitale » – 4/8

Le 24 mars 2017 s’est tenue à la MESHS de Lille la journée d’études « Enseigner les langues anciennes à l’ère digitale : apprendre par et pour les humanités numériques ? », organisée par Séverine Clément-Tarantino et Charlotte Tournier (pour une présentation de la journée dans son ensemble, voir son annonce sur le carnet de recherche). Nous en donnons dans ce carnet un compte-rendu, dans huit billets qui reviennent sur chacune des huit communications qui ont été présentées.

La pédagogie du numérique et par le numérique pour les textes grecs, littéraires et épigraphiques : la dynamique internationale Sunoikisis Digital Classics

par Michèle Brunet1

 

Michèle Brunet, professeur de Langue et littérature grecques à l’Université Lyon 2, entreprend de déterminer quelles sont les difficultés concrètes qui s’opposent dans la réalité à l’enseignant qui souhaite intégrer les Humanités numériques à son enseignement, dans un contexte d’autant plus pressant et périlleux que la légitimité des LCA est régulièrement remise en question et qu’il faut de plus en plus en justifier la présence dans l’espace public. Elle constate le manque certain d’articulation qui existe entre ce qui est fait dans le Supérieur et dans le Secondaire, et ce, d’autant plus que le premier est occupé par une visée quasiment unique, à savoir « le Concours », i. e. l’agrégation. L’articulation entre enseignement et recherche dans le Supérieur ne se fait pas non plus forcément lorsqu’il s’agit de numérique. On fait des choses de plus en plus extraordinaires en recherche avec le numérique, mais ces recherches sont menées comme dans une bulle. À l’inverse, on pratique en cours l’exercice de la version latine ou grecque « comme en 1870 ». Pourtant, l’injonction de « faire du numérique » envahit tout l’enseignement, comme si mettre des vidéoprojecteurs et des ordinateurs dans chaque salle de cours devait suffire pour que le miracle ait lieu dans l’enseignement français.

Ainsi, M. Brunet a dû tâtonner pour faire aller de pair enseignement et numérique, et ses expériences sont d’abord le fruit d’initiatives personnelles, bien que depuis cette année le numérique ait officiellement droit de cité dans les cursus de licence communs aux universités de Lyon et de Saint-Étienne. Est conservé un cursus complet en langues anciennes, qui prépare les étudiants à l’agrégation, et il existe un master unique « Mondes anciens » où les archéologues, les historiens et les littéraires sont amenés à suivre des formations transversales. En master MEEF, la seule forme de numérique intégrée au cours est la mise à disposition de corrigés hypertextes sur un site en ligne : tout est centré sur la préparation au concours.

Dans les cours de licence axés sur la civilisation, M. Brunet peut mettre en œuvre différents usages du numérique. Dans un cours sur la littérature antique en contexte, « Sources de l’Antiquisant », la réalisation par les étudiants d’une frise chronologique avec Timeline leur permet d’apprendre, par la pratique, comme la littérature se construit selon une succession chronologique. Elle défend ainsi l’idée selon laquelle la meilleure façon de faire prendre conscience aux étudiants de cette succession est de la leur faire fabriquer. En vue de la réalisation de cette frise chronologique, les étudiants commencent par travailler sur un GoogleDoc : ils y entrent les données en les organisant dans des colonnes. C’est alors qu’apparaissent des défauts de mise en forme et d’apparence, et qu’émerge ainsi la notion de balise : le besoin crée la recherche d’une réponse. La question de savoir où chercher les images et la découverte des contraintes de leur référencement amène à une pédagogie de l’internet. Parce que les étudiants se voient confrontés au fait que l’on ne publie pas n’importe quoi sur internet, ils développent un regard critique sur les outils qu’ils produisent, et s’interrogent pour trouver où et comment trouver des renseignements fiables.

Avec les étudiants de master, elle a mis en place un cours d’initiation à la démarche de recherche qui est complètement numérique : il s’agit pour les étudiants de comprendre comment on situe sa propre recherche par rapport aux matériaux antérieurs – ce que l’on apprenait à faire auparavant dans les notes de bas de page. Il faut montrer que la démarche de recherche reste la même, même si les outils que l’on utilise sont différents.

Elle a également pu mener différentes expériences avec des étudiants suivant un cours de grec pour non-spécialistes (ce qui laisse plus de libertés que les cours pour spécialistes devant préparer les concours), en utilisant des outils fournis par l’université de Tufts. Elle est pour cela partie d’un constat : ces étudiants, historiens ou archéologues, n’ont pas besoin de commencer leur approche des textes grecs par la grammaire. Il faut donc les amener à comprendre qu’ils ont besoin de la grammaire pour justifier leur rapport au texte, en mettant le texte au cœur de la relation avec les étudiants. Le travail avec Perseus est alors parfaitement adapté. Au lieu de rechercher la performance individuelle et de produire des (mauvaises) traductions, les étudiants font du petit grec, avec des traductions en anglais (notons toutefois que cela constitue d’ailleurs parfois une barrière…), et constatent d’eux-mêmes l’intérêt de regarder le texte en langue originelle lorsque des problèmes de traduction sont soulevés. Ils découvrent ainsi qu’ils ont accès aux textes avec l’outillage nécessaire intégré, ainsi que tout un outillage statistique, ce qui permet de réfléchir à des objets de recherche potentiels.

Le travail avec Perseids et l’alignement de traduction, en revanche, n’a pas su maintenir l’intérêt des étudiants. De même, l’utilisation du treebanking pour l’étude de la syntaxe ne fonctionne pas très bien dans ce cadre : il s’agit en réalité d’un exercice complexe, qui suppose une connaissance des langues anciennes plus poussée que celle des étudiants auxquels s’adresse M. Brunet. L’un des obstacles majeurs qu’elle regrette est le manque de maîtrise des catégories grammaticales en français. On a donc là un outil qui permet une visualisation de la grammaire potentiellement extraordinaire, mais que le public français n’est pas encore prêt à intégrer.

Dans ses cours d’épigraphie grecque, qui sont cette fois-ci destinés à des publics qui savent le grec, M. Brunet fait travailler ses étudiants sur la manière dont on prépare une édition électronique : cela consiste à transposer une tradition éditoriale, celle du papier, dans l’environnement numérique. Les étudiants sont ainsi amenés à comprendre le mécanisme du référencement, puisqu’il faut justifier/rattacher ce qu’on dit à ce sur quoi on le dit, et à comprendre comment les catégories d’informations contenues dans le lemme deviennent des métadonnées. On en arrive alors à une initiation à l’encodage et à une pédagogie de la ressource. On quitte un univers balisé par le rapport au livre depuis cinq siècles. Le savoir se matérialise ici autrement : internet est l’endroit où toutes les informations sont réunies en un endroit unique, ce qui implique de savoir comment s’y repérer, et comment référencer ce qu’on y trouve, autrement dit à la mise en place d’une pédagogie du cheminement et de la circulation sur internet.

M. Brunet présente enfin le consortium d’universités Sunoikisis, initié par Gregory Crane et Monica Berti, qui met en relation des personnes et des institutions qui font du latin et du grec de manière isolée. Une fois par semaine, au cours d’un semestre, un cours (en anglais) est diffusé en direct à partir de l’un des points du consortium. On montre ce que font localement les groupes rattachés à Sunoikisis, et l’ensemble des ressources pédagogiques sont publiées sur GitHub.

C’est l’occasion de souligner l’importance de la dynamique internationale, dans un contexte de réticence nationale chez nous à admettre que le numérique est légitime et intéressant – réticence liée sûrement à la sacralisation de l’agrégation. Il faut se décider à former des générations qui n’en voient pas l’intérêt pour une carrière qu’ils ont déjà entamée sans et qui fonctionne bien. M. Brunet mentionne à ce propos l’American Historical Association, qui propose des Guidelines permettant d’évaluer la capacité des enseignants à mettre en œuvre une pédagogie fondée sur le numérique. Or la France est en retard. La formule « Humanités numériques » ne doit pas être seulement un mot-clef sur les profils de poste. Le monde du livre n’est pas mort, mais c’est à nous de le garder vivant en assurant cette transition, et en suscitant l’intérêt chez les étudiants.

  1. Université Lyon 2. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *