Compte-rendu de la journée « Enseigner les langues anciennes à l’ère digitale » – 3/8

Le 24 mars 2017 s’est tenue à la MESHS de Lille la journée d’études « Enseigner les langues anciennes à l’ère digitale : apprendre par et pour les humanités numériques ? », organisée par Séverine Clément-Tarantino et Charlotte Tournier (pour une présentation de la journée dans son ensemble, voir son annonce sur le carnet de recherche). Nous en donnons dans ce carnet un compte-rendu, dans huit billets qui reviennent sur chacune des huit communications qui ont été présentées.

Enseigner par et pour le numérique : un enjeu pour les futurs enseignants de LCA ?

par Magdeleine Clo-Saunier1

 

NB : À la demande de son auteur, nous ne donnons ici qu’un rapide aperçu du contenu de cette communication.

 

Magdeleine Clo-Saunier, PRAG de Lettres Classiques et responsable du MEEF Lettres à l’Université de Grenoble, présente une communication centrée sur la formation des enseignants et sur les relations entre enseignement et apprentissage, à partir d’exemples tirés de sa double expérience de formatrice en M2 et d’utilisatrice des TICE dans ses propres enseignements de LCA en licence. De fait, elle a pu constater à quel point, chez les étudiants en 2e année de master MEEF, désormais enseignants en responsabilité, la demande de formation en informatique (c’est-à-dire en techniques numériques) est aussi importante que le besoin de comprendre l’adéquation entre technique et pédagogie, c’est-à-dire de comprendre les atouts de l’utilisation du numérique.

Alors que les autres communications de la journée entendent présenter des modalités pédagogiques variées d’utilisation du numérique, celle-ci tente une approche plutôt théorique de la question. Dans cette communication, le sujet traité est davantage celui des TICE que des Humanités numériques : il s’agit de se demander essentiellement comment se traduit l’adéquation entre numérique et l’enseignement/l’apprentissage des LCA dans les pratiques pédagogiques. Apprend-on mieux avec les écrans ? Le recours à l’informatique permet-il de démocratiser l’enseignement des LCA ?

Tout d’abord, M. Clo-Saunier s’interroge sur les atouts du numérique dans les situations d’enseignement/apprentissage des LCA, en mettant en lumière la situation paradoxale selon laquelle un certain nombre d’enseignants en LCA sont encore fortement réticents à l’usage des TICE, dont ils doutent de l’intérêt pédagogique, tandis que d’autres sont au contraire à la pointe de la création de contenus pédagogiques numériques – l’existence de cette avant-garde numérique étant à mettre en relation avec la nécessité pour les enseignants de LCA de chercher des moyens de survie pour leur discipline. Elle s’attache ensuite à préciser les processus cognitifs en lien avec les hypertextes, qui représentent l’une des modalités de lecture les plus fréquentes. En quoi la différence fondamentale entre la lecture linéaire du texte écrit (a fortiori celui des uolumina des Anciens) et nos hypertextes réputés fragmentés change-t-elle en profondeur notre rapport aux LCA et à son enseignement ? Enfin, elle présente plusieurs expérimentations de créations collaboratives numériques, en vue d’essayer de dégager les enjeux de la formation au numérique des futurs enseignants de LCA. Elle conclut alors qu’il devient possible de cesser de voir le numérique comme un frein cognitif si on le considère comme une modélisation de sa pensée : puisque le numérique est partout dans la vie de nos étudiants, il convient de réfléchir à ce qu’il fait et à ce qu’on en fait. Il peut alors devenir un véritable levier d’apprentissage, à condition de prendre conscience du fait que son usage dans l’enseignement des LCA ne doit pas être seulement élitiste.

 

  1. Université Grenoble-Alpes. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.