Compte-rendu de la journée « Enseigner les langues anciennes à l’ère digitale » – 2/8

Le 24 mars 2017 s’est tenue à la MESHS de Lille la journée d’études « Enseigner les langues anciennes à l’ère digitale : apprendre par et pour les humanités numériques ? », organisée par Séverine Clément-Tarantino et Charlotte Tournier (pour une présentation de la journée dans son ensemble, voir son annonce sur le carnet de recherche). Nous en donnons dans ce carnet un compte-rendu, dans huit billets qui reviennent sur chacune des huit communications qui ont été présentées.

Petit panorama des usages du numérique dans les cours de LCA du Secondaire

par Clémence Coget et Marjorie Lévêque1

 

Présentation de Marjorie Lévêque 

Présentation Prezi disponible ici.

Marjorie Lévêque commence par rappeler, historique à l’appui, que les enseignants de Lettres Classiques sont depuis longtemps à la pointe de l’utilisation des TICE :

  • 1987 : lancement de Perseus
  • 1998 : lancement d’Analyze, prémices de Collatinus
  • 2000 : mise en ligne de Musagora, portail français de promotion des LCA
  • 2003 : projet CIRCE (projet européen visant à promouvoir les pratiques pédagogiques innovantes, en particulier celles utilisant les TICE)
  • 2005 : projet Helios
  • octobre 2005 : guide pour l’enseignant, dans la perspective d’une utilisation des TICE pour contribuer au dynamisme de l’enseignement des langues anciennes
  • 2007 : webographie pour les LCA proposée par Patrick Voisin, alors professeur en CPGE à Pau (Nunc est clicandum)
  • 2007 : lancement du site Menapia.

À l’opposé de ce que révèle la réaction de ses élèves, qui ont découvert ébahis l’outil de scansion automatique « Automatic annotation of Latin vowel length » créé par un enseignant de grec, Marjorie Lévêque contredit ainsi l’idée selon laquelle les langues anciennes seraient, par leur ancienneté précisément, étrangères à la modernité des outils numériques. Elle rappelle d’ailleurs qu’elle a elle-même découvert internet via les langues anciennes, lorsqu’à l’occasion d’un cours de grec ancien en classe de Première sa professeure lui a présenté le site Perseus.

La question « Doit-on intégrer le numérique? » ne se pose de fait même plus au collège et au lycée : cette intégration fait partie des programmes, qui en préconisent une utilisation au quotidien (les documents d’accompagnement des programmes proposent d’ailleurs des pistes intéressantes, dont on peut simplement se demander dans quelle mesure elles sont réalistes, au regard de la réduction du nombre d’heures alloué à l’enseignement du latin et du grec dans l’enseignement secondaire). On y trouve ainsi la proposition de création d’un « lapbook de l’apprenti traducteur », de cartes mentales, d’un « cahier dynamique », des incitations à utiliser des textes en ligne, à faire créer des BD numériques, à faire sous-titrer des vidéos, à utiliser des diaporamas.

Marjorie Lévêque présente ensuite un article de Véronique Mestre-Gibaud (enseignante dans l’Académie de Grenoble), qui, comme les deux intervenantes, a une pratique quotidienne du numérique, sans avoir eu de formation universitaire sur le sujet. Pour elle, l’utilisation des TICE n’est pas indispensable, mais incontournable. Elle met toutefois en garde contre la tentation du ludique : il s’agit de conserver une pédagogie exigeante, qui doit ramener les élèves vers l’étude des textes, et non pas de les entraîner seulement vers le jeu.

Quelques outils numériques particulièrement utiles en LCA

Puis elle énumère différents outils utilisables en classe, qui, de fait, correspondent à des exercices de langue tout à fait traditionnels, mais dont la forme numérique doit permettre de contourner — au moins temporairement — la lassitude des élèves. L’idée est que le jeu doit toujours ramener vers les objectifs d’enseignement : il s’agit de faire apprendre et s’exercer les élèves sans qu’ils s’en rendent compte. Par ailleurs, il faut ajouter que l’utilisation de tels outils favorise la visibilité de l’option dans les établissements. Voici quelques-uns de ces outils :

  • Hot Potatoes
  • la matrice d’exercices LearningApps allemande, dont les modules ont l’avantage d’être faciles à créer : les élèves peuvent ainsi fabriquer eux-mêmes leurs exercices, ce qui présente l’avantage majeur d’avoir moins de temps à consacrer aux exercices en cours, les élèves s’essayant à quelques exercices en cours pour continuer à travailler dessus à la maison
  • Prezi, qui permet aux élèves de créer des présentations et de valoriser leur travail par la diffusion sur le web
  • Genial.ly
  • Quizlet et Memrise, qui sont notamment très pratiques pour l’apprentissage du vocabulaire ; ces outils permettent une conception rapide des exercices : il suffit d’entrer le vocabulaire que l’on veut faire travailler, et les exercices correspondants sont créés automatiquement
  • Framindmap pour fabriquer des cartes mentales
  • Etherpad, grâce auquel les élèves peuvent travailler à des traductions collaboratives
  • pour une présentation plus développée des outils utiles en cours de LCA en fonction des objectifs pédagogiques, voir ce document.

 

Présentation de Clémence Coget 

Diaporama disponible ici.

Un exemple de séquence avec utilisation récurrente du numérique

Clémence Coget a pu utiliser certains de ces outils dans le cadre d’une séquence sur « Cicéron, un grand orateur »2. Pour construire cette séquence, elle s’est inspirée d’abord d’un cours de Nathalie Blanc sur l’affaire Catilina, qui utilise le diaporama pour une étude d’image. Puis, avec Hot Potatoes, elle a réalisé des quiz sur l’art oratoire, Prezi a servi à réaliser une biographie de Cicéron, et grâce à Crazy Talk, un logiciel payant d’animation faciale, ses élèves ont pu animer un buste de Cicéron, lui donner la parole grâce à leurs enregistrements, et ainsi créer une vidéo mise en ligne. À première vue, cela peut avoir l’air seulement ludique ; toutefois, pour produire de telles vidéos (où l’on voit et où l’on entend parler Achille, Ulysse, Tirésias, Agamemmenon…), ses élèves ont dû travailler la traduction, la scansion, etc. Mais le résultat était suffisamment motivant pour qu’ils surmontent ces difficultés et donnent un vrai sens à l’activité de lecture à voix haute en langue ancienne restituée. Ils ont en outre créé leurs propres exercices en utilisant LearningAppsClément Coget insiste en effet fortement sur l’idée selon laquelle on peut utiliser ces outils non pas seulement en consommateur, mais aussi en en produisant de nouveaux.

Quizlet VS Memrise : deux outils particulièrement intéressants pour l’apprentissage du vocabulaire

Elle évoque ensuite l’importance qu’ont pris dans sa pratique quotidienne deux logiciels en ligne d’apprentissage du vocabulaire évoqués déjà par Marjorie Lévêque, Quizlet et Memrise, qu’elle compare dans la présentation suivante.

Les chromatoramas : une tentative pour sortir des impasses du juxtalinéaire

Pour finir, elle présente la méthode de traduction qu’elle a mise au point pour ses lycéens, et qu’elle a appelée « chromatorama ». Elle l’a mise au point car elle s’est aperçue que la traduction juxtalinéaire était pour elle insatisfaisante, quand elle s’est retrouvée confrontée à la difficulté suivante : comment faire en sorte que les élèves comprennent comment est construite une phrase latine, depuis que l’on est passé dans l’enseignement français de l’apprentissage sur textes artificiels à l’apprentissage sur textes authentiques3 ? La méthode du chromatorama, qui repose sur la coloration syntaxique, a été pour elle un moyen de pallier cette difficulté en adaptant la traduction juxtalinéaire4. Avec l’aide d’une traduction juxtalinéaire, des dictionnaires en ligne, des outils de lemmatisation (Eulexis pour le grec, Collatinus pour le latin), les élèves se chargent chacun d’un fragment du texte à traduire, et leur enseignante réunit ensuite leurs travaux dans un diaporama (voir ici).


  1. Lycée Raymond Queneau, Villeneuve d’Ascq — Collège Léonard de Vinci, Carvin. []
  2. Cf. ce bilan proposé aux élèves en fin de séquence par l’enseignante, ou la carte mentale réalisée par une élève en synthèse de cette séquence, et qui se trouve en p. 5 du diaporama accompagnant la présentation. []
  3. Cf. cet article de Philippe Cibois dans son carnet de recherche « La question du latin ». []
  4. Philippe Cibois présente dans ce billet une autre méthode de mise en couleur des cas latins. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.