Le projet TALIE

Le programme TALIE (Traditions de l’Antiquité à Lille et dans l’Eurorégion), piloté par Séverine Clément-Tarantino (MCF à l’Université Lille 3) en collaboration avec Charlotte Tournier, et développé grâce à la participation de Jean-Christophe Jolivet, Mélanie Lucciano et Océane Puche, comporte deux facettes, unies par une même volonté de rendre accessible à différents publics le patrimoine d’un territoire, en relation avec les « traditions » de l’Antiquité au sein de celui-ci.

« TALIE-Textes » concerne les textes de l’Antiquité gréco-romaine tels qu’ils sont actuellement conservés dans les fonds anciens, très riches, des bibliothèques de la région, sous la forme de manuscrits avec gloses, d’éditions commentées et de traductions. Le but poursuivi dans « TALIE-Textes » relève à la fois de la médiation culturelle et de l’édition scientifique : par le moyen d’expositions virtuelles et physiques, nous voulons contribuer à faire connaître au plus grand nombre le patrimoine livresque de la région, et à mettre en lumière des œuvres – spécialement des traductions et des commentaires d’œuvres latines ou grecques antiques – qui sont en général peu connues et pourtant dignes d’intérêt. Par ailleurs, nous nous proposons d’approfondir la connaissance de certaines de ces œuvres en procédant à leur édition numérique, édition dotée d’un environnement hypertexte et accompagnée, quand il s’agit de latin ou de grec, d’une traduction. La première œuvre sur laquelle nous avons entrepris ce travail est le commentaire latin de J. Luis de la Cerda à l’œuvre de Virgile. À l’automne 2016, nous devrions être en mesure de présenter un prototype de l’édition du commentaire de ce savant jésuite espagnol du début du XVIIe siècle, à propos du proème de la Troisième Géorgique. Depuis 2015, Jean-Christophe Jolivet travaille au déchiffrement et à l’analyse du manuscrit 660 de La Guerre civile de Lucain conservé à la Bibliothèque d’Agglomération de Saint-Omer.

Salle patrimoniale de la Bibliothèque d’Agglomération de Saint-Omer
(crédit : Océane Puche)

« TALIE-Traces », pour l’instant mis en en œuvre comme un projet pédagogique reposant sur la participation d’étudiants, a pour objet les formes variées de réception de l’Antiquité gréco-romaine que l’on peut observer à Lille et dans la région, spécialement dans le paysage urbain (pour prendre des exemples en métropole, l’inventaire peut aller des « Muses », sculptées par A. Debève, dans la station de métro République à Lille à la rue « des Pénates » à Villeneuve d’Ascq, en passant par le décor architectural de la Porte de Paris). Le but est de rendre les publics (en commençant par les étudiants pour aller jusqu’au grand public) plus familiers avec des formes d’héritage culturel qu’ils côtoient parfois quotidiennement mais qu’ils ne savent souvent plus identifier ou « lire ». Le travail consiste d’abord à réunir et à analyser le plus grand nombre possible de « traces » pour créer une base de données les répertoriant et permettant des interrogations selon différentes entrées (par lieu/quartier/zone, par thème, par figure…). Nous envisageons ensuite d’autres formes d’exploitation ou de valorisation de nos contenus comme des applications pour smartphone et des guides thématiques (ex : Mercure à Lille).

Façade de l’Opéra de Lille : Apollon et les Muses
(crédit : Sarah Torres)

Depuis 2014-2015, le projet se développe grâce au soutien financier de l’équipe HALMA (UMR 8164), de l’Université Lille 3 et de la MESHS de Lille.

Membres de l’équipe : Rémy Cordonnier, Alain Deremetz, Christophe Hugot, Bernard Jacquemin, Jean-Christophe Jolivet, Eric Kergosien, Juliette Lormier, Mélanie Lucciano, Cécile Martini, Océane Puche, Charlotte Tournier, Isabelle Westeel.