Compte-rendu de la journée « Enseigner les langues anciennes à l’ère digitale » – 1/8

Le 24 mars 2017 s’est tenue à la MESHS de Lille la journée d’études « Enseigner les langues anciennes à l’ère digitale : apprendre par et pour les humanités numériques ? », organisée par Séverine Clément-Tarantino et Charlotte Tournier (pour une présentation de la journée dans son ensemble, voir son annonce sur le carnet de recherche). Nous en donnons dans ce carnet un compte-rendu, dans huit billets qui reviennent sur chacune des huit communications qui ont été présentées.


Introduction de la journée

par Séverine Clément-Tarantino1, Mélanie Lucciano2 et Charlotte Tournier3

 

Le contexte : le projet TALIE et les humanités numériques à l’Université de Lille

Séverine Clément-Tarantino commence par rappeler le contexte dans lequel s’inscrit cette journée, à savoir celui du projet TALIE, et plus particulièrement de son versant « Textes », qui vise à la valorisation d’ouvrages du patrimoine régional en rapport avec l’Antiquité. L’équipe qui travaille dans ce cadre à l’édition numérique du commentaire de Juan Luis de La Cerda à l’œuvre de Virgile a pu constater à quel point ce travail permet d’entrer dans le détail du texte, de ses nuances et de son fonctionnement, complément intéressant et stimulant à l’acte de traduction. De là est née une réflexion sur la possibilité de transposer cela en situation d’enseignement, l’articulation entre la recherche et la formation ayant toujours fait partie du projet TALIE (voir notamment le versant « Traces »).

Séverine Clément-Tarantino présente ensuite la place dévolue actuellement aux humanités numériques dans le cadre des enseignements dispensés au département des Langues et Cultures Antiques de l’Université de Lille SHS. Il existe un cours de ressources numériques dispensé aux étudiants de troisième année de la Licence HSI (Humanités et Sciences de l’Information), au cours duquel plusieurs enseignants interviennent pour présenter des ressources numériques pour l’Antiquité, apprendre à construire un site internet, initier aux enjeux de l’édition numérique et aux principes de l’encodage en XML-TEI. Au sein de la Licence LC (Lettres Classiques), la situation est quelque peu différente. Les étudiants ne sont généralement pas à l’aise avec les ressources numériques, et le cours qui porte sur le sujet, qui leur est offert en option, n’est jamais choisi. Il semble qu’il existe en ce qui les concerne un cloisonnement : tout en étant à l’aise avec le numérique dans leur vie quotidienne, par exemple avec les réseaux sociaux, ils ne l’utilisent pas pour leur travail. Se pose alors la question suivante : qu’est-ce que le numérique, et les humanités numériques, peuvent apporter à des étudiants engagés dans l’étude de l’Antiquité, et, plus spécialement, dans l’étude des langues anciennes ?

Il existe plusieurs obstacles à l’intégration des humanités numériques dans les cursus offerts à l’université. En ce qui concerne tout d’abord les enseignants, une telle intégration nécessite de se former, mais aussi de percevoir le bien-fondé de l’intérêt pour les humanités numériques. De fait les humanités numériques peuvent être vues comme un filtre que l’on rajoute à un projet, mais ne faisant pas partie intégrante de la recherche. Dans un contexte de forte invasion de l’enseignement secondaire, voire primaire, par le numérique, des contestations s’élèvent, dont certaines paraissent tout à fait fondées : il existe un vrai scepticisme vis-à-vis de quelque chose de ludique qui peut éloigner des vrais objectifs et atouts des Langues et Cultures de l’Antiquité. Comment ne pas perdre de vue les contenus disciplinaires ? Comment éviter l’écueil qui consisterait à former des étudiants qui soient finalement moins bons dans le domaine disciplinaire, et aussi très médiocres en usages du numérique ? L’enjeu est donc aussi de convaincre qu’il est possible de réfléchir à une manière de préserver des méthodes d’enseignement traditionnelles tout en intégrant des moyens différents, ou bien de changer la méthode sans diminuer ses exigences.

En ce qui concerne les étudiants, ils éprouvent des difficultés à percevoir ce qu’ils apprennent et ce qu’ils apprennent à faire, et à quoi cela va leur servir. Ils ont ainsi l’impression de perdre un temps précieux qu’il serait plus utile de consacrer aux exercices canoniques à maîtriser en vue des examens et des concours, d’autant plus que les étudiants de Lettres Classiques sont de plus en plus grands débutants dans les deux langues anciennes. Les outils numériques, vus comme trop scientifiques, nécessitant des connaissances en informatique et en statistiques dont ils sont dépourvus et/ou qui ne les intéressent pas, peuvent effrayer. Les formations, si elles sont trop spécialisées, apportent des compétences qui risquent de n’être pas transférables. Il est finalement difficile de se consacrer à un enseignement qui demande un investissement lourd, sans forcément savoir quels en seront les débouchés.

 

Repenser la pédagogie des langues anciennes : une préoccupation partagée

Mélanie Lucciano explique que cette préoccupation pour les humanités numériques s’ancre dans une réflexion plus large sur la nécessité de repenser la pédagogie des langues anciennes :

  • face à la désaffection des étudiants
  • face au fait que les étudiants qui entrent dans ce cursus sont souvent de grands débutants dans les deux langues, ce qui rend d’autant plus primordiale la recherche de l’efficacité face à des exigences qui n’ont pas forcément changé (par exemple pour l’agrégation)
  • face à la réduction des heures dans le secondaire.

Pour faire face à ces difficultés, suffit-il d’intégrer du numérique dans les cursus de Lettres Classiques ? Existe-t-il une forme de fatalité qui doit amener immanquablement à transformer ces cursus en cursus d’humanités numériques pour leur permettre de survivre ? Former par/au numérique les étudiants de Lettres Classiques est-il un moyen d’élargir leur débouchés, au-delà de l’enseignement ?

Ces préoccupations sont de plus en plus largement partagées. La journée d’étude fait ainsi écho à d’autres projets, par exemple celui de collègues de Montpellier, qui organisent pour le mois de novembre 2017 un workshop international intitulé « Pourquoi et comment faire lire des textes latins et grecs aujourd’hui ? Pédagogie et didactique de la lecture en langues anciennes : problématiques spécifiques et solutions de remédiation ». Ainsi, en quoi les humanités numériques pourraient-elles constituer un apport précieux dans une démarche pédagogique visant à privilégier dans la lecture des textes anciens la dimension littéraire, parfois trop oubliée au profit de la grammaire normative ?

Il semble toutefois qu’il existe un retard français en ce qui concerne l’aspect pédagogique des humanités numériques dans leur application aux sciences de l’Antiquité. Néanmoins, des Masters se mettent en place, parfois aussi des Licences (c’est le cas à Caen). A Lyon, à Grenoble, à Nanterre, à Rouen, on a des exemples d’ouverture des cursus en Lettres aux humanités numériques, représentés par certains des intervenants de la journée. Ce retard est-il lié à une structuration parfois compliquée avec les sciences de l’information, à des difficultés de définition du champ des humanités numériques ? En revanche, la vigueur exceptionnelle des humanités numériques dans le cadre de la recherche est indéniable, comme en témoigne le succès la conférence grenobloise « Humanités numériques et Antiquité » (DHANT) qui a eu lieu en septembre 2015 : existe-t-il un problème de diffusion de la recherche, et/ou d’utilisation des résultats de la recherche dans une perspective pédagogique ?

 

Quelques questions et perspectives

Charlotte Tournier rappelle qu’il y a dans l’assemblée plusieurs enseignants-chercheurs qui peuvent témoigner des apports des humanités numériques au niveau de la recherche en langues et littératures anciennes : comment alors mettre à profit ce que l’on peut constater de positif dans ces travaux de recherches pour que cela bénéficie aussi à l’enseignement supérieur, voire secondaire ?

Se pose précisément la question du niveau : est-ce quelque chose qui doit/peut se faire au niveau du Secondaire ? De la Licence ? Même pour des grands débutants ? Ou bien est-ce utile seulement au stade de la recherche en Master ? Selon le niveau pour lequel on réfléchit à la pertinence d’intégrer à l’enseignement des outils et/ou des méthodes issus des humanités numériques, ce sont des questions différentes qui sont soulevées : les enjeux et les méthodes pédagogiques à mettre en œuvre ne sont pas forcément les mêmes à un âge où on pose les bases et à l’âge où l’on produit ses premiers travaux de recherche. Autrement dit, est-ce que l’utilisation des humanités numérique permet des apprentissages au niveau disciplinaire, ou seulement au niveau des activités de recherche ? Et, si l’on part du principe qu’il est possible d’utiliser les outils et les méthodes des humanités numérique dans le cadre d’une formation disciplinaire, se pose en particulier la question de ce que cela implique au niveau des méthodes pédagogiques : les enseignements qui le font utilisent volontiers des méthodes pédagogiques telles que pédagogie active, pédagogie de projet, pédagogie collaborative, interdisciplinarité – autant de concepts à la mode, mais dont l’efficacité pédagogique est discutée, du moins pour les petites classes. Une telle intégration est-elle souhaitable à tous les niveaux de l’enseignement ?

Dans le supérieur, si l’on se donne pour objectif de dépasser le seul « vernis numérique », cela implique que les étudiants soient intéressés et qu’ils aient des connaissances de base (à la fois disciplinaires et concernant les outils à utiliser). Les séduire avec des projets est peut-être plus motivant pour eux que de leur faire apprendre à manier des outils sans objectif identifié. Mais il s’agit alors de savoir de quelles modalités (quels projets, quels outils) on parle ici. Du projet d’édition numérique au MOOC, en passant par le treebanking syntaxique ou l’association textes/médias type images, vidéos, les humanités numériques représentent une notion vague, qui n’est pas forcément définie de façon univoque, et dont le champ est très large.

Par exemple, l’édition numérique d’un texte ancien, et donc, en l’occurrence, l’intégration des étudiants à un tel processus, permet de stimuler l’apprentissage du raisonnement logique grâce au mimétisme entre balisage et structuration grammaticale, et de retrouver ce qui doit être in fine l’objectif des cours de LCA : la compréhension des textes littéraires, et la compréhension des processus de création qui les sous-tendent. Il ne s’agit donc pas d’un divertissement qui contourne certaines difficultés en refusant de les affronter pour en soulager les étudiants. Dans une telle conception, le texte n’est pas non plus un prétexte, et on ne considère pas que le travail sur la grammaire serait un écran qui empêche d’avoir accès à l’intérêt littéraire, historique ou culturel du texte. On ne survole pas les textes pour les comprendre globalement : on ne se passe pas d’un travail rigoureux sur leur grammaire, puisqu’on ne saurait éditer un texte que l’on n’aurait pas compris de façon fine. Au contraire, on se sert de la grammaire pour avoir accès au texte, on s’interroge sur son sens et sur la manière de le traduire. Mais alors, quelle est la spécificité d’un tel projet par rapport à un projet d’édition sans numérique ? Ces outils permettent l’exercice de la logique et de l’abstraction, et une plongée profonde dans la fabrique du texte et dans son sens, pour deux raisons : parce que le résultat final est un horizon motivant et valorisant, mais surtout parce que les méthodes numériques y forcent si l’on veut parvenir à un résultat satisfaisant. Une bonne édition numérique, celle qui permettra d’analyser un texte selon les méthodes des humanités numériques de manière fructueuse, ne peut se passer d’un affrontement véritable des textes. En outre, un tel travail est intéressant pour ce qui est de faire comprendre aux étudiants quelles sont les conséquences du travail de l’éditeur : leur faire prendre conscience du fait que l’on ajoute du sens au texte lorsqu’on l’édite, et que nos choix informent la lecture que l’on fait ensuite du texte en question. Or c’est quelque chose que rendent particulièrement visible le balisage sémantique et les interrogations, voire les débats, qu’il soulève lorsque l’on réfléchit collectivement à la meilleure manière de baliser tel élément. Dans le cadre d’un travail de balisage sémantique, on s’interroge sur le statut de certains éléments textuels : émergent alors des questions qu’un travail d’édition papier ne saurait faire émerger. L’objectif serait alors de le faire comprendre aux étudiants par la pratique, pour qu’ils soient ensuite plus à même de se servir avec recul et esprit critique d’un travail d’édition.

Il est d’ailleurs primordial que les étudiants apprennent à passer d’un usage de consommation des outils numériques (par exemple, récupérer un texte sur Perseus) à un usage d’analyse. Il faut leur permettre d’avoir un regard critique face aux outils et aux productions des humanités numériques, leur montrer les distances qu’il faut prendre avec des objets du type de Perseus, leur permettre de comprendre comment ils influent sur notre compréhension des textes et des données. De telles formations doivent-elles concerner tous les étudiants d’une filière de Lettres Classiques, ou seulement ceux qui sont intéressés ? Que l’on use ou non des méthodes des humanités numériques dans le cadre de ses recherches, on est presque immanquablement amené à utiliser des outils numériques qui ont été construits par ces méthodes. Dans ce cas, peut-on réellement se passer de savoir utiliser ces outils, et surtout d’avoir un regard conscient et critique sur leurs atouts, mais aussi sur leurs limites et sur leur impact sur le sens qu’on trouve aux données ? Il s’agit d’être conscient de la non-neutralité des outils que nous employons quasi quotidiennement.

Il faut donc réfléchir sur ce qu’il faut enseigner et comment pour faire acquérir aux étudiants des savoirs, des méthodes, le maniement d’outils, des compétences, qui soient transférables, et non pas seulement des compétences ultra-spécialisées cantonnées à un projet restreint. Il faut également trouver la bonne manière d’articuler compétences en langues anciennes et compétences en outils numériques durant les cours.

C’est pour tenter de répondre à ces questions que la journée réunit des enseignants qui expérimentent l’intégration des outils numériques à différents niveaux, du Secondaire et du Supérieur, et pour des publics divers allant du collégien au futur enseignant de Lettres Classiques.

 

  1. Université de Lille. []
  2. Université de Rouen. []
  3. Université de Lille. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *