L’Opéra de Lille et l’Antiquité : visite guidée de l’extérieur de l’édifice, par Sarah Torres

L’Opéra de Lille est un bâtiment remarquable de la ville. En effet, touristes ou habitants de Lille, nous avons tous déjà eu l’occasion de passer devant, même sans vraiment y faire attention. Et pour cause : il est situé entre deux points forts de la ville, les gares et la Grand Place.

Lors des journées du Patrimoine de Lille par exemple, l’Opéra est généralement ouvert au public ; c’est alors l’occasion de découvrir l’intérieur pour les plus curieux. Et cela vaut largement le détour car c’est tout simplement magnifique ! Mais même si vous n’avez pas visité l’intérieur de l’édifice, avez-vous déjà prêté attention à l’extérieur ?

Si vous avez manqué ce week-end de découverte mais que vous vous intéressez tout de même à ce lieu si particulier, cet article propose une visite particulière de l’extérieur de l’Opéra de Lille.

Un peu d’histoire pour commencer…

L’Opéra de Lille est situé au bout de la rue Faidherbe à Lille, derrière la place de la Bourse et plus précisément Rue des Bons enfants.

L’ancien théâtre de Lille ayant brûlé dans un incendie, la ville a fait appel à l’architecte Louis-Marie Cordonnier (1854-1940) afin de reconstruire ce bâtiment. Les travaux se sont déroulés entre 1907 et 1913 mais l’Opéra n’a été inauguré officiellement qu’en 1923. Il a ensuite subi des rénovations de 1998 à 2003.

Pour les statues que nous pouvons observer sur la façade, Cordonnier a fait appel à Hippolyte Lefebvre afin de produire une maquette de la scène du fronton et c’est Gustave Elsinger qui les a réalisées.

L’extérieur de l’opéra est largement inspiré du mouvement architectural néo-classique. Ce mouvement est arrivé en France au XVIIIe siècle et a perduré jusqu’à la fin du XIXe mais son origine est liée à la découverte des ruines de Pompéi dans les années 1748. En effet ces découvertes ont donné un nouvel élan à la culture gréco-romaine. Cependant les spécialistes de l’époque s’accordaient plus souvent pour dire qu’il s’agissait d’une inspiration grecque plutôt que romaine.

Ainsi, sur la façade de l’Opéra, deux colonnes rappellent celle d’un temple. À côté de ces colonnes sont érigées deux grandes statues de femmes qui sont toutes deux vêtues de vêtements antiques : nous en reparlerons par la suite. A leurs pieds, des bambins tenant dans leurs mains des objets rappelant les deux femmes.

Au sommet de la façade, soit sur le fronton, se trouve une scène composée d’un ensemble de statues. Il s’agit du dieu Apollon et des neufs Muses. Le choix de ce dieu en particulier et de ces figures est justifié de deux manières : pour commencer, avant l’Opéra que nous connaissons se trouvait le théâtre de Michel Lequeux. Sur ce théâtre, une scène représentait Apollon qui semblait dire qu’il prenait le nouveau bâtiment sous sa protection.

La seconde manière de justifier ce choix est que le dieu Apollon représente les arts dans leur ensemble tandis que les Muses personnifient les différentes formes d’art. Le sculpteur Hippolyte Lefebvre nomma de ce fait cette scène : La glorification des Arts.

 

Les « traces de l’Antiquité » sur l’Opéra

Le projet TALIE, coordonné par des enseignants-chercheurs du Département Langues et Cultures Antiques de l’Université Lille 3 Charles de Gaulle, a pour but de recenser et de documenter les diverses traces de l’Antiquité visibles dans Lille et les autres villes de la région. En participant à ce projet, nous pouvons nous rendre compte aisément que l’Antiquité n’a pas disparu, loin de là. Sans le savoir, nous marchons tous les jours dans des rues qui regorgent de ces petites traces. L’Opéra de Lille ne fait pas exception. Avant de considérer le groupe sculpté qui rend cette présence de l’Antiquité manifeste – le groupe d’Apollon avec les Muses situé en haut de l’édifice – nous allons explorer le reste de celui-ci, partie par partie…

 

Les colonnes de la façade

La forme des colonnes indique qu’elles font parties de l’ordre ionique qui est caractérisée par le chapiteau à volutes. Le chapiteau est la partie la plus haute de la colonne et les volutes sont les motifs enroulés en forme de spirales. Cet ordre vient de la région d’Ionie en Grèce antique, région qui est de nos jours située en Turquie. Les premiers vestiges qui y ont été retrouvés datent du VIe siècle avant notre ère.

 

Composition des statues allégoriques

Les deux statues de la façade sont des femmes ; plus précisément, ce sont les allégories de la tragédie et de la musique. La question que certains pourraient se poser est : « Pourquoi ces deux formes d’art seulement ? » ou encore « Pourquoi la tragédie plutôt que le théâtre généralement ? ». La réponse se trouve dans la définition même de ce qu’est un opéra. « L’opéra ou l’art lyrique est une œuvre dramatique lyrique entièrement chantée, interprétée avec accompagnement d’orchestre et mêlée éventuellement de ballets », lit-on, à l’article « Opéra » du Trésor de la Langue Française informatisé.

Ainsi, la musique et la tragédie assemblées donnent l’opéra. Ce principe remonte au XVIIe siècle et nous le devons au célèbre compositeur Jean-Baptiste Lully (1632-1687). À cette époque la tragédie était redevenue un genre littéraire majeure et la cour raffolait de ces spectacles. Lully a alors décidé de créer une sorte de genre hybride en mélangeant deux des plaisirs de la cour.

Ce qui nous permet de distinguer les deux femmes au bas de la façade, ce sont leurs vêtements et plus particulièrement leurs attributs.

La statue située à droite lorsque nous nous tenons face à l’opéra, est la représentation allégorique de la tragédie. L’expression sur son visage est grave et inquiétante, elle brandit un poignard vers nous qui est un attribut spécifique de la muse de la tragédie : Melpomène, dont il sera question plus loin. Ses vêtements sont également typiques des personnages de tragédie. Nous pouvons identifier la stola (la grande robe dont elle est vêtue) et la palla (le châle qu’elle porte sur sa tête et qui lui entoure le corps). L’indice le plus parlant est donné par les bambins qui se trouvent à ses pieds. Il y en a un de chaque côté et ils tiennent tous deux dans leurs mains un masque de tragédie. Ces masques se différencient de ceux de la comédie par leur expression et, en particulier, par la forme de la bouche. Ici les masques ont une bouche « renversée » et leurs expressions sont plutôt tristes, voire menaçantes. Dans l’Antiquité, tous les personnages étaient joués par des hommes qui pouvaient tenir plusieurs rôles dans la même pièce, les masques permettaient aux spectateurs de reconnaître de loin quel personnage était représenté sur scène.

De l’autre côté de la façade, se trouve l’allégorie de la musique. Le contraste peut être saisissant entre les deux personnages. L’une a l’air menaçante tandis que l’autre a un visage beaucoup plus doux. La Musique est particulièrement caractérisée par tous les instruments qui l’entourent. Dans ses mains elle tient une lyre tandis qu’à ses pieds les bambins tiennent respectivement un tambourin et une petite guitare.

Au-dessus des statues se trouvent deux bas-reliefs qui ne sont pas bien visibles les jours de grand soleil. Au-dessus de chaque allégorie se trouve une seconde figure : une jeune femme qui repose sur des nuages et qui souffle dans une trompette ou qui disperse des fleurs. La tête de chaque jeune femme est tournée vers le ciel. D’après Laissez vous conter l’Opéra de Lille (publié par le service Ville d’art et d’histoire, 2011), les jeunes femmes flottant sur des nuages seraient des personnifications du vent Zéphyr. Cela suggère un lien avec la grande scène du fronton : Zéphyr permettrait à Apollon et ses neuf Muses de flotter dans les airs.

On remarquera tout de même que les soleils ont un visage qui s’adaptent en fonction de l’allégorie : pour la Tragédie, le soleil paraît bien plus menaçant que pour la Musique.

Une autre théorie peut convenir à ces scènes : les deux figures seraient une Renommée et une allégorie de l’Abondance.

Lorsqu’on compare ces deux représentations à d’autres modèles, des similitudes apparaissent.

Pour la figure au-dessus de la Tragédie, la trompette nous indique qu’il s’agirait d’une Renommée puisqu’il s’agit de l’un de ses attributs. C’est ce qui lui permet de faire entendre les messages des dieux. Ici, elle pourrait être représentée afin d’annoncer un spectacle, ou que le dieu Apollon est le protecteur du bâtiment.

La seconde figure au-dessus de la Musique est entourée de fleurs, ce qui rappelle les représentations usuelles de l’Abondance. Il s’agit d’un signe de richesse de la nature. Si l’Abondance est représentée sur l’Opéra, cela permettrait de mettre en avant la richesse du lieu et des arts.

Zéphyr resterait tout de même présent dans les scènes puisque les deux figures sont posées sur des nuages qui semblent en mouvement comme le vent.

Deux visages surplombent les scènes. Il pourrait s’agir de soleil, ce qui ferait une place à Apollon dans la scène. Mais la tête se trouvant au-dessus de l’allégorie de la Tragédie a des cheveux qui semblent être composés de serpent. Cela rappelle la tête d’une Gorgone. Cette figure est reprise pour représenter le personnage de la Furie dans la tragédie antique. Elle est menaçante et ne peut que rappeler l’attitude de la statue plus bas.

On remarque également que les feuilles de laurier sont omniprésentes sur la façade de l’Opéra mais également partout où il y a des décors. C’est le dieu Apollon lui-même qui s’est doté de cet attribut comme le raconte Ovide dans Les Métamorphoses1. En effet le jeune dieu était tombé amoureux d’une jeune femme nommée Daphné. Elle ne voulait pas l’épouser et pour lui échapper elle se serait transformée en laurier. Il aurait choisi cette plante pour qu’elle soit toujours auprès de lui.

 

Dorures sur les portes

Des doubles portes sur la façade comportent en un masque de comédie ainsi qu’un masque de tragédie en dorure superposés sur des instruments de musique. Ceci est une fois encore un rappel, des Muses donc des arts. On peut voir une lyre, une flûte ou encore une trompette.

Les murs de l’Opéra sont recouverts de décorations antiques comme le veut la tradition néo-classique. Seul l’arrière de l’Opéra est un simple mur vierge de tout ornement. Cela est sous doute dû au fait que la ruelle n’est pas passante. Les deux côtés de l’Opéra sont symétriques. On y retrouve les mêmes décors à quelques détails près.

 

Les fausses fenêtres tableaux

Sur les deux côtés nous retrouvons ces « fenêtres pleines ». Elles sont verticales dans le même principe que les allégories sur la façade. Le schéma est identique sur toutes : en haut nous pouvons voir un masque de tragédie ou de comédie. Tous sont posés sur des instruments de musique (trompettes croisées). Ce symbole ressemble beaucoup à celui du drapeau des pirates mais dans un autre registre bien évidemment. Au-dessus de ces masques nous retrouvons toujours les feuilles de laurier. Juste en dessous, une sorte de médaillon est accroché à une guirlande. Sur ces médaillons les gravures sont des instruments de musique : d’un côté une guitare et des instruments à vent tandis que, de l’autre, l’autre nous trouvons une flûte de Pan au premier plan.

Nous l’aurons compris, cette partie du tableau se sert des symboles antiques pour rappeler les arts représentant l’opéra, soit la musique et le théâtre, et nous pouvons y associer également la danse qui fait intervenir les deux.

Plus bas nous voyons deux représentations presque identiques. Il s’agit d’un soleil avec une tête entourée d’une couronne de laurier et reposant sur une lyre. Aux « pieds » de la lyre nous trouvons un carquois rempli de flèches ainsi qu’une torche enflammée, le tout étant ornementé de feuille de laurier. Ici la composition est on ne peut plus claire : il s’agit de tous les symboles qui représentent Apollon.

Au-dessus de ces fausses fenêtres sur une frise ressortent clairement en relief deux masques gravés. Ces deux masques reposent également sur un carquois, il y a encore ici un rappel de la scène du bas.

 

Les portes latérales

Les portes latérales de l’Opéra sont les mêmes que celle que nous pouvons trouver sur la façade ; des doubles portes et, au centre, des dorures qui représentent des instruments.

 

Les fenêtres du premier étage

On pourrait passer à côté si on y jetait seulement un œil rapidement. En effet, ces fenêtres sont travaillées mais notre regard n’est pas forcément assez aiguisé pour percevoir le monument que Cordonnier a glissé là : les fenêtres sont en réalité les portes d’un temple.

Si nous observons bien l’architecture qui se trouve autour, on distingue la forme d’un temple tel qu’on pouvait en trouver dans l’Antiquité gréco-romaine. Les éléments principaux sont là : une toiture supportée par quatre colonnes d’ordre ionique. L’architecte a été très précis en reproduisant l’architecture exacte : entre autres nous retrouvons également la frise entre les colonnes et le tympan et des éléments tels que les architraves ou les denticules. Tous ces termes techniques désignent en fait des parties qui constituent un temple gréco-romain.

Ainsi les fenêtres sont des portes, dont la fonction est vraisemblablement de mener dans la demeure d’Apollon.

On retrouve une fois encore de nombreux symboles qui ramènent au dieu. En effet il y a des guirlandes de laurier mais surtout deux lyres sur le mur. Une couronne de laurier se devine sur chacune d’elles.

Nous pouvons remarquer également que le tympan, qui se trouve être le chapiteau qui domine le temple, est très travaillé. Des sculptures représentent des petits bambins tenant dans leurs mains une plaque ronde sur laquelle on devine la gravure d’un temple. Les angelots sont entourés de feuilles de laurier ainsi que de fruits, de fleurs et d’instruments de musique. Ce sont des scènes très champêtres que nous présente l’architecte. La scène est la même que ce soit sur le côté droit ou sur le côté gauche de l’Opéra.

L’Opéra comme nous pouvons maintenant le mesurer, est constitué d’une multitude de détails qui font référence à l’Antiquité. Cependant le plus important rappel de l’Antiquité se trouve au-dessus de nos têtes. Si nous ne regardons pas assez haut il est tout à fait possible de faire abstraction de cette scène.

 

Apollon et les muses

Apollon et l’Opéra

Rappelons d’abord qui est Apollon…

Apollon est un des douze dieux de l’Olympe.

Il est le fils de Zeus et de Létô. Le père des dieux était tombé sous le charme de la déesse et pour échapper à la surveillance d’Héra, sa femme jalouse, il s’est uni sous la forme d’une caille à la jeune déesse. Mais Héra l’ayant découvert, elle a fait poursuivre Létô. Cette dernière a fini par se réfugier sur une île flottante : Ortygie. Cette île est l’actuelle Delos qui est le sanctuaire des trois divinités. C’est là que sont nés les jumeaux Artémis et Apollon. Avant d’arriver sur l’Olympe ils ont dû affronter de nombreux dangers, tous orchestrés par Héra. Finalement ils ont fini par atteindre l’Olympe et Apollon s’est vu offrir par Zeus l’ambroisie. Après cet épisode Apollon a parcouru le monde sur son char pour finir à la ville de Pytho où il a terrassé le serpent Python qui avait pourchassé sa mère avant leur naissance. Cette ville devient alors Delphes. C’est là que se trouve le temple d’Apollon, célèbre pour le culte qui lui est voué et pour la Pythie (un oracle qui interprète dans les songes les paroles du dieu)2.

On prête à Apollon une nombreuse descendance dont un fils, Orphée, avec la muse Calliope.

Apollon est un dieu très polyvalent et a de nombreuses attributions : il est le dieu solaire, chargé par Zeus de répandre la lumière dans le monde, son arc et ses flèches sont les rayons lumineux bienfaisants. Il est également dieu de la médecine en tant que guérisseur et purificateur. Cette attribution est liée au soleil car il est la lumière de la vie. Il est le père d’Asklépios, le dieu officiel de la médecine. Apollon est le dieu de la jeunesse éternelle, son aspect juvénile et son caractère parfois incontrôlable le démontrent bien. Dieu nocturne, ténébreux, violent et de la mort subite, il n’a pas que de bons côtés. Mais il est surtout le dieu des arts : la musique, le chant, la danse, la poésie et l’éloquence. Il est un musicien et protège ses semblables. Il est très régulièrement associé aux neuf Muses, c’est pourquoi un de ses épithètes est « Musagète » (qui conduit les Muses). Son instrument symbolique est la lyre. Elle lui a été offerte par son demi-frère Hermès. Ce dernier, alors qu’il venait juste de naître avait volé le troupeau de vaches d’Apollon. Après l’intervention de Zeus les deux dieux ont résolu leur problème. Hermès qui, à l’aide d’une carapace de tortue et de boyaux de vaches avait inventé la lyre, se mit à jouer devant Apollon. Ce dernier, séduit par tant d’harmonie, lui demande en échange du troupeau. C’est aussi pourquoi on dit qu’il est le dieu de l’Harmonie.

 

Pourquoi Apollon sur l’opéra ?

Apollon en tant que dieu des arts est légitimement à sa place sur l’Opéra de Lille. Il était déjà là avant la reconstruction du théâtre, il est le protecteur du lieu.

Il est entouré des Muses, comme parfois sur l’Olympe, et il est au point le plus haut de l’Opéra. Ce n’est pas par hasard. Il est le dieu solaire, il se rapproche donc du ciel et il permet de mettre en avant l’Opéra en l’éclairant de sa lumière.

On retrouve ses symboles partout sur l’opéra. Son attribut le soleil est représenté sur la façade mais aussi sur les murs latéraux. De même pour son arc et ses flèches.

 

Les Muses et l’Opéra

Qui sont les Muses ?

Le nombre des Muses varie selon les auteurs de l’Antiquité mais Hésiode, auteur de la Théogonie, poème épique qui raconte la naissance des dieux et la formation du cosmos, est celui qui a imposé le chiffre neuf (voir les vers 53-67 de ce poème).

Filles de Zeus, le roi des Dieux, et Mnémosyne, la mémoire, les Muses ont été conçues dans la région de la Piérie en Macédoine durant neuf nuits consécutives et sont nées neuf mois plus tard le même jour. C’est pourquoi Hésiode dit qu’elles partagent le même esprit3.

Elles chantent pour les dieux de l’Olympe durant les festins mais également à travers le monde. C’est ainsi qu’ « Hésiode » a pu composer la Théogonie : les Muses, dit le poème, l’ont approché afin de lui conter l’histoire des dieux ; il a ensuite transmis aux hommes ce qu’il avait appris.

Dans son œuvre, Hésiode nomme les différentes Muses mais elle forme alors un seul et même ensemble.

Plus tard, vraisemblablement à partir de l’époque hellénistique, les Muses se spécialisent et en viennent à incarner et à protéger un art spécifique. Elles reçoivent en outre des attributs qui permettent de les différencier ; par exemple deux masques différents représentent Melpomène, la muse de la tragédie, et Thalie, la muse de la comédie. Sur ces masques, la bouche, à l’endroit ou à l’envers, change en fonction de la muse.

L’iconologie de Cesare Ripa est un ouvrage à caractère encyclopédique de la fin du XVIe siècle rassemblant nombre de représentations allégoriques héritées de l’Antiquité gréco-romaine. Cet ouvrage a permis aux artistes de la Renaissance, et surtout des siècles suivant, de se repérer dans les attributs et symboles dont la signification et l’usage se trouvaient ainsi répertoriés. Les Muses, en tant que personnifications des arts, ont naturellement partie de cette œuvre.

Sur les Muses de l’Opéra de Lille, nous retrouvons des attributs référencés par Ripa mais il se dégage également une certaine liberté de l’auteur. En effet les artistes aimaient également suivre leur propre inspiration.

Calliope est associée à l’éloquence et à la poésie épique. Elle est la muse la plus à gauche d’Apollon. Elle tient dans ses mains des uolumina, ancêtres du livre tel que nous le connaissons, qui seraient l’Odyssée, l’Iliade et l’Enéide, soit trois grandes épopées majeures du monde antique. Elle porte une couronne en or qui semble plus importante que celle de ses sœurs ; cela est dû au fait qu’Hésiode lui conférait le statut de la plus digne des muses.

Clio est la muse de l’histoire et de l’épopée. Elle se situe à l’opposé de Calliope, c’est-à-dire tout à fait à droite d’Apollon. Elle aussi tient dans ses mains un livre, il contiendrait les récits du passé. On retrouve ici un caractère important des Muses : elles sont celles qui racontent le passé, le présent et le futur. Comme l’indique Ripa, elle est couronnée de laurier. Il s’agit du symbole de l’immortalité de l’Histoire. Tout comme elle, le laurier garde sa couleur malgré le temps qui passe.

Eutherpe est la muse de la musique et plus particulièrement celle qui est chantée et dansée. Elle est tout en bas de la scène, à droite. Elle semble éloignée des autres mais sa posture est légère, comme si elle dansait. Elle est souvent représentée avec des instruments de musique dans ses mains, ici il s’agit d’un instrument à corde. Elle porte une couronne de fleurs telle que les Anciens les confectionnaient. Dans l’Antiquité, un rite consistait en effet à fabriquer des guirlandes de fleurs en l’honneur des Muses.

Melpomène représente quant à elle la tragédie. Elle se tient à la gauche de Clio. On peut la reconnaître à un air grave et sa riche tenue semblable à celle que portait les acteurs tragiques. Elle tient dans une main un poignard, attribut de l’allégorie de la Tragédie. Melpomène et l’allégorie de la Tragédie sont souvent confondues ainsi que leurs attributs.

Polymnie est la muse du chant nuptial et funéraire, de la pantomime et de la rhétorique. Ses attributs sont le plus souvent un long vêtement blanc, des cheveux entrelacés de perles qui font référence à l’enrichissement de son esprit, un rouleau avec l’inscription suadere (persuader) et sa position laisse souvent penser qu’elle harangue la foule. Sur l’Opéra de Lille, elle se tient à droite d’Apollon et sa posture est très expressive. On pourrait penser qu’elle prononce un discours.

Terpischore est associée à la danse. Elle est tout en bas à gauche de la scène et semble danser tout en portant une harpe dans les mains. Sur sa tête se trouve une guirlande traditionnelle des Muses faite de plumes et de perles de couleurs. Cette guirlande est censée être « un trophée de ses victoires » selon Ripa.

Thalie est la muse de la comédie, elle se trouve à la gauche de Melpomène.  Elle est reconnaissable au masque qu’elle porte dans ses mains : il a un visage souriant et est tel que les portaient les acteurs antiques. Elle porte également une couronne qui doit être en lierre d’après Ripa. Le mythographe Apollodore a écrit que Thalie aurait eu des enfants avec Apollon : les Corybantes qui sont une troupe de danseurs casqués jouant du tambourin pour célébrer la déesse Cybèle. Toutefois une autre source dit que ce sont les enfants de Zeus et Calliope.

Uranie représente l’astrologie et l’astronomie. Elle est reconnaissable grâce au compas qu’elle a dans ses mains. Souvent vêtue d’habits de couleur bleu et couronnée d’étoiles, elle est celle qui élit les hommes savants au ciel. Elle tient régulièrement un globe entre ses mains ce qui n’est pas le cas ici. Elle se trouve en retrait derrière Polymnie mais à côté d’Apollon.

Érato est la muse de l’élégie, qui est une poésie mélancolique, et de la poésie nuptiale. Se trouvant à la gauche d’Apollon, elle est représentée comme une jeune fille agréable et de bonne humeur. Sa couronne est faite de myrtes et de roses qui sont les symboles de l’amour. Elle est souvent accompagnée d’un petit Amour ailé avec un arc. Elle tient dans ses mains une lyre.

 

L’Opéra, un nouveau genre de mouseîon pour les Muses ?

Sur le fronton de l’Opéra sont donc représentées ces neuf Muses entourant Apollon. Celles-ci sont souvent invoquées par les poètes antiques pour introduire leurs récits mais ici, elles sont les protectrices des arts que l’Opéra propose.

L’Opéra pourrait être alors identifié comme un mouseîon. En effet, un mouseîon était dans l’Antiquité un sanctuaire dédié aux Muses pour leurs arts. Avec le temps, ces sanctuaires sont devenus des lieux où l’on trouvait toutes sortes d’arts. Ces lieux étaient sous la protection des Muses. Celui qui reste le plus célèbre de l’Antiquité est le Mouseîon d’Alexandrie. C’est de là que viennent nos « musées ».

L’Opéra de Lille n’est pas le seul à être placé sous la protection des Muses : celui de Bordeaux les a représentées alignées sur le toit mais, cette fois-ci, entourant les déesses Junon, Minerve et Vénus. À Strasbourg elles sont six et sans dieux pour les accompagner. Sur l’Opéra de Lyon ne figurent que huit Muses4.

Ces quatre opéras ont en commun d’avoir été construits en France au XIXe siècle et donc à la période du mouvement néo-classique, ce qui peut expliquer leur architecture semblable ainsi que leur décoration.

L’Opéra de Lille est unique en ce qui concerne la position de ces statues. Au lieu de représenter un alignement, l’artiste a préféré créer une scène bien plus vivante. Les Muses et Apollon ne sont pas simplement exposés au regard du passant qui daigne lever les yeux pour les observer. Non : ils semblent être en plein spectacle, comme s’ils nous invitaient à assister, sur l’Olympe, à l’une de leurs représentations.

 

Bibliographie

Laissez-vous conter l’opéra de Lille. Renaissances et transformations : 1700-2010, Service Ville d’art et d’histoire (Lille).

Jean-Claude BELFIORE, Grand dictionnaire de la mythologie grecque et romaine, Paris, Larousse, 2010.

Pierre GRIMAL, Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine, Paris, Presses universitaires de France, 1999.

HÉSIODE, Théogonie, traduction de Paul MAZON, Paris, Les Belles Lettres, 2008.

OVIDE , Les Métamorphoses, traduction d’Étienne GROS, Clermont-Ferrand, Paleo, 2008.

Cesare RIPA, Iconologie, Amsterdam, A. BRAAKMAN, 1698.

 

 

Sitographie

Serge JODRA, Imago Mundi, Encyclopédie gratuite en ligne, http://www.cosmovisions.com/$Muses.htm.

Opéra national du Rhin, Les Muses de l’Opéra, Dossier pédagogique, Département jeune public, http://www.operanationaldurhin.eu/medias/File/_uploaded_files/dossiers%20pedagogiques%20def/Les%20Muses%20ONR.pdf.

Bibliothèque Municipale de Lyon, Le mystère des Muses de l’Opéra de Lyon, https://www.bm-lyon.fr/nos-blogs/la-documentation-regionale/journal-de-bord/article/le-mystere-des-muses-de-l-opera-de.

Centre Régional de Documentation Pédagogique de l’Académie de Versailles, Mythe et Mythologie, http://www.antiquite.ac-versailles.fr/muses/muses.htm.

Wikipédia, https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Accueil_principal.

 

Crédit photographique : Sarah Torres

 

  1. Voir Ovide, Métamorphoses, I, vers 452-527. []
  2. Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine, Pierre Grimal, Paris, Presses Universitaires de France, 1999, article « Apollon », p. 40-42. []
  3. La source de la traduction est le site remacle.org. []
  4. Une question revient régulièrement : pourquoi la muse Uranie est-elle manquante ? Personne n’a vraiment la réponse. Cette muse aurait eu une statue sur la colonne du Méridien (qui donnait l’heure). Mais celle-ci a été détruite. Je suppose que l’auteur n’a pas souhaité la représenter sur l’opéra avec ses sœurs puisque son art n’a pas de rapport direct à l’opéra. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *